lundi 27 avril 2009

Les collèges par niveau : une chance pour Deuil la barre

Lors du conseil municipal du 27 avril 2009, le point n°16 concernait la sectorisation des écoles maternelle et élémentaire. Je suis intervenue sur ce sujet en 3 points :
1) pour remarquer le dysfonctionnement de la commission scolaire dans laquelle le travail démocratique n'est pas respecté : temps accordé au sujet scolaire trop court, information tronquée, mauvaise organisation des réunions. Ceci explique surement le retard de discussion sur l'organisation du futur collège.
2) sur le sujet précis de la délibération : la proposition de la municipalité de modification du secteur scolaire ne concerne qu'une zone de friche et une zone industrielle sans aucun logement, donc sans enfant. Cette modification était demandé par le conseil général dans le cadre de la séparation est-ouest des secteurs scolaires de chacun des 2 collèges. La mairie aurait pu expliquer l'inutilité de cette décision au conseil général ou en profiter pour moderniser la carte des secteurs scolaires par exemple entre Pasteur et Mortesfontaines (depuis des années, cette limite n'est pas respectée en raison de l'évolution de la population) plutôt que de nous demander de voter inutilement.
3) pour présenter l'idée de la FCPE (fédération des conseils de parents d'élèves) sur la question de la répartition des collégiens de Deuil La Barre entre l'actuel collège Denis DIDEROT et le nouveau collège dont la construction devrait bientôt commencer au nord de la zone industrielle du Moutier, dans les termes qui suivent : "Sur le sujet précis de la sectorisation du collège, je souhaite me faire le relais de la proposition du groupe de travail de la FCPE. Ce groupe a travaillé avec la volonté d’éviter les inégalités entre les 2 collèges, de préserver le choix des options et d’éviter de créer malgré nous un bon collège et un mauvais collège, avec dérogations et craintes des parents. L’idée de la FCPE est la suivante : répartir les enfants en fonction de leur classe et non pas de leur secteur d’habitation, de manière à avoir les 6ème et 5ème sur un des collèges et les 4ème et 3ème sur l’autre collège. Pour éviter les difficultés au niveau de l’éducation nationale, et pour une meilleur cohérence éducative, il serait surement préférable que les 2 collèges soit administrés par la même équipe permettant ainsi au professeur de ne pas être cantonnés seulement à deux niveaux, mais ceci doit être vu avec l’éducation nationale. Cette configuration est réaliste grâce aux caractéristiques géographiques de ces 2 collèges qui ne sont qu’à 10 minutes à pied l’un de l’autre. En tant que politique, ce projet innovant nous semble particulièrement intéressant pour conserver la mixité sociale qui est la richesse de notre commune et en particulier du collège Diderot sans prendre le risque d’un collège à deux vitesses. Il présente de plus des avantages supplémentaires pour les collégiens puisqu’il permet de préserver le choix des options pour tous et d’éviter la difficulté de cohabitation entre 6ème et 3ème, à un âge où les enfants grandissent et changent à grande vitesse."

En réponse à cette intervention, le Maire a catégoriquement rejeté cette proposition, sans préciser clairement ses arguments sur le fond. Il a en particulier expliqué qu'il aurait fallu se prononcer plus tôt sur ce sujet, en oubliant de dire que son équipe a soigneusement éviter de tenir au courant le conseil municipal et la commission scolaire des discussions avec l'éducation nationale et le conseil général. (Peut être même que le débat n'a jamais eu lieu dans l'équipe municipale !)
Les élus de l'opposition ont ensuite chacun à leur tour quelque soit leur sensibilité politique, défendu cette idée et ses multiples atouts pour les habitants, à commencer par une mixité sociale naturellement conservée.
En raison de la dureté des débats qui ont suivi et de l'absence d'intérêt de cette modification, nous avons voté contre.

Marie Pénicaud
Conseillère municipale

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire