vendredi 16 mars 2012

L'avenir de nos jeunes passe par une école de qualité

Au vu de l'actualité, les nouveaux arrivants à Deuil-la-Barre doivent certainement s'interroger sur le quotidien de leur(s) enfant(s). Il suffit d'écouter les questions que posent les parents d'élèves, habitants de notre ville, pour comprendre qu'il existe de vrais problèmes,
à méditer à l'approche des élections présidentielles.
Deux exemples récents qui touchent notre commune illustrent parfaitement la rigueur budgétaire sans précédent qui s'abat sur le monde de l'éducation nationale et dont les enfants deuillois sont victimes.

Le premier est le projet de fusion entre l'école maternelle et l'école primaire Henri Hatrel: ce projet, né du départ en retraite de la directrice de la maternelle, devrait permettre de pallier à ce départ annoncé, sans nouveau recrutement, tout en améliorant le temps nécessaire aux travaux de la direction et d'améliorer la liaison entre deux cycles, etc.
Mais, des enseignants et des parents élus dénoncent cette pratique qui pourrait faciliter par la globalisation des effectifs, les fermetures de classes. Ils redoutent l'accroissement inévitable des effectifs des écoles et l'absorption de la maternelle par l'élémentaire et à terme, la perte de la spécificité de la maternelle.
La Municipalité a-t-elle donné son avis qui compte dans ce genre de décision ? Un minimum d'information serait utile sur une mesure qui pourrait s'étendre...

Le deuxième exemple est la réaction des lycéens de l'établissement Camille Saint-Saẽns qui se sont rassemblés pour défendre leur professeur menacé d'expulsion. Au delà de cette histoire qui se termine bien pour le professeur, cela dénote une vraie nécessité de faire entendre sa voix pour obtenir les enseignants, indispensables à un parcours de qualité en vue de l'obtention du baccallauréat.Cela signifie qu'à Deuil-la-Barre, le lycée subit de plein fouet l'austérité en termes de moyens.
Or celle-ci touche souvent les familles à faibles ressources qui doivent se battre, par ailleurs, sur la baisse de leur pouvoir d'achat ou l'amélioration de leurs conditions de travail quand ils en ont un.

A Deuil-la-Barre comme ailleurs, il devient urgent de stopper la progression de l'échec scolaire et des inégalités. Localement, les efforts de chacun sont utiles pour progresser dans ce sens.

Daniel Boulin
Pour le Groupe "Deuil-la-Barre", l'Avenir au coeur"
Permanence à la Mairie, deuxième samedi de chaque mois

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire