lundi 16 avril 2012

De la culture pour tous...



Souvent, la variété d'une offre culturelle est une attente forte des habitants d'une commune puisqu'elle participe au développement de leurs goûts artistiques
ou ceux de leurs enfants. La culture contribue à la compréhension du monde et favorise la participation à sa transformation. Il en est ainsi à Deuil-la-Barre, mais la Municipalité actuelle ne semble pas avoir tout mis en oeuvre pour généraliser cette participation.
En effet, symbole emblématique de l'action municipale : la rénovation du musée "Michel Bourlet", point d'orgue de cette année "Jean-Jacques Rousseau". Sans contester cet inr vestissement, utile à la mise en valeur de pièces et documents anciens, il n'est pas, de toute évidence, le signe d'une culture ouverte à tous,
La politique culturelle ne doit pas rester au second plan, elle nécessite au contraire en cette période difficile, d'apporter tout le soutien nécessaire aux associations de la commune qui, par leur action, offrent du lien social. Celui-ci permet le développement d'une solidarité utile entre les Deuillois.
Aujourd'hui dans notre ville, ces associations sont actives grâce à la volonté des bénévoles qui permettent leur existence. Pourquoi donc les salles associatives sont-elles devenues si rares sur note ville ?
Car, la culture nécessite des structures de qualité pour ouvrir à l'expression artistique complète mais également pour aider les créateurs contemporains. Les trois exemples suivants montrent l'absence de stratégie de la municipalité dans cette voie :
  • la bibliothèque municipale n'offre pas le choix de livres que l'on pourrait attendre dans une ville comme la nôtre. Où est passé le projet de la médiathèque ?
  • La salle des fêtes mériterait une réfection générale pour lui redonner la possibilité de recevoir des spectacles de qualité et donner envie aux Deuillois d'y venir.
  • L'école de musique devrait être décloisonnée et décentralisée afin qu'elle sot accessible à tous et sans limite.
Bien sûr, une commune ne peut malheureusement pas tout faire toute seule et à l'évidence, l'échelle de la communauté d'agglomération semble être le bon niveau d'action : mais là encore, il nous faut constater que les signes en ce sens sont quasi-inexistants.
Daniel boulin,
Pour le Groupe Deuil-la-Barre "l'Avenir au coeur",
Permanence à la Mairie le deuxième samedi de chaque mois

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire