mercredi 16 mai 2012

Les comités de quartier, gage d'écoute ?

Faut-il voir dans l'ouverture des comités de quartiers un retournement de la Municipalité sur sa conception de la concertation citoyenne ? Car s'il s'agit bien d'un événement pour notre ville où la démocratie participative
(que nous avions largement défendue lors de notre dernière campagne) n'a jamais été un point fort de la Municipalité.
Or, cette forme de concertation implique un double mouvement : une volonté descendante des élus d'aller à la rencontre des habitants et une volonté ascendante des citoyens de s'impliquer dans la vie locale.
De toute évidence, les habitants sont prêts à prendre la parole, quelle que soit la forme des ateliers (lieux de discussions et d'échanges d'informations sur des thèmes précis). Ils étaient en effet nombreux lors de la première réunion organisée pour le quartier Galathée -Trois communes à vouloir s'exprimer.
Certes, nous sommes prévenus : l'organisation est à construire... et aucun budget spécifique ne sera alloué aux comités (ce qui aurait pu leur donner un pouvoir d'action). Il leur faut donc avoir au moins des idées !
Mais,, pour que les citoyens prennent au sérieux ce type de procédure, ils doivent être convaincus que leur avis sera pris en compte.
Aussi, la volonté des élus d'accepter des avis parfois contraires aux leurs, devient ici un point fondamental.
En effet, l'écoute des comités devient une ligne de conduite pour mener des actions sur un quartier. C'est pourquoi les participants doivent obtenir un engagement sur le suivi de toutes les questions posées : savoir celles qui ont une chance d'être retenues, celles qui seront déclarées urgentes de celles considérées comme projets à moyen et long terme.
Il nous faut espérer des retours sur l'efficacité des propositions et le résultat positif ou négatif des réflexions et négociations qui s'ensuivent.
Sinon, il est peu probable que les habitants qui ont une expertise de leur quartier et même de leur ville continueront à donner leur temps aux ateliers pour tenter d'améliorer le (ou les) projets qui y seront débattus. La démocratie locale pourrait n'être alors qu'un feu de paille.


Daniel Boulain.
Du Groupe "Deuil-la-Barre, l'Avenir au coeur".
Permanent à la Mairie le deuxième samedi de chaque mois.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire