lundi 4 février 2013

2013, une année comme les autres

 

Tous les élus du Groupe « Deuil-la-Barre, l’Avenir au cœur » vous souhaitent leurs meilleurs vœux
pour cette nouvelle année 2013, qui est également la dernière année pleine du mandat de M. Noyer.
Et 2013 risque de ne pas se dérouler comme cela était souhaité par les élus de la majorité, tant leur désillusion devient visible.



Voici un extrait du catalogue de ce que vous ne verrez pas en 2013 :
  • Vous ne verrez pas la fin du projet de rénovation urbaine sur le quartier de la Galathée-Trois communes : les travaux de démolition de la deuxième tour ne sont toujours pas achevés et les nouveaux logements tardent à sortir ;
  • Vous ne verrez pas le nouveau commissariat pour lequel la commune s’est livrée à uneopération séduction pour l’instant infructueuse ;
  • Vous ne verrez pas le bassin paysager, pourtant promesse de campagne du Maire ;
  • Vous ne verrez pas l’axe de liaison RD 311-928 et le désenclavement promis pour lequartier de la Galathée. En effet, le Conseil Général dirigé par les amis politiques du Maire,a sans doute préféré prioriser le dossier du BIP (ou Avenue du Parisis) ;
  • Vous ne verrez pas plus la suppression du passage à niveau, l’un des plus dangereux deFrance ;
  • Vous ne verrez pas l’inauguration de nouveaux locaux au groupe scolaire Henri Hatrel oucelle d’une crèche supplémentaire, pourtant tant attendue ;
En revanche, vous verrez en 2013 :
  • Les intérêts pour le remboursement de l’emprunt toxique qui vont ponctionner une part considérable de notre autofinancement ;
  • l’augmentation de vos impôts locaux : car il va bien falloir payer ces intérêts élevés et l’accroissement du coût des travaux parfois sous-estimés, notre capacité d’emprunt étant maintenant réduite ;
  • Il nous faut dénoncer cette réalité, fruit d’une gestion contestable, car les deuillois vont devoir en supporter les conséquences dommageables. En votre nom, il nous faut pointer les limites d’une telle politique, qui nous fait craindre des lendemains qui déchantent.

L’avenir de notre commune dépend de la volonté à surmonter les difficultés présentes. On peut légitimement douter de la capacité de la municipalité actuelle à relever ces défis.
Daniel Boulain
Pour le Groupe « Deuil-la Barre, l’Avenir au Cœur »

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire