dimanche 7 juillet 2013

Du désenclavement de la Galathée... par l'agrandissement de la zone artisanale


La deuxième et dernière tour du quartier n'est plus qu'un souvenir, que déjà, le chantier de démolition est suivi par les chantiers de construction qui prennent doucement vie à la route de Saint-Denis et de la rue Abel Fauveau.

Dans ces logements neufs, de nouveaux habitants
vont venir s'installer pour vivre dans notre ville mais vraisemblablement pas pour y travailler... car l'emploi y est quasiment absent.

Bien sûr, nous souhaiterions que notre commune soit le lieu d'implantation de nombreuses entreprises, et, dans l'absolu, nous saluons les initiatives de la CAVAM concernant la création du Parc Technologique de Montmagny, idéalement desservi avec la prochaine arrivée de la Tangentielle Légère Nord et celle des "Monts de Sarcelles" à Groslay. La gauche n'est pas contre l'emploi, bien au contraire !

Mais soyons réalistes, la zone artisanale du Moutier sur laquelle la municipalité fonde tous ses espoirs, n'offre pas les mêmes avantages que les deux parcs précédemment cité. Son accès y est difficile. Son isolement, près du collège Emilie du Châtelet, loin des grands axes routiers ne correspond pas aux nécessités de l'exploitation d'entreprises industrielles.

Aussi, le choix d'agrandir cette zone artisanale dans les conditions actuelles ne nous paraît pas judicieux.

Nous aurions préféré que ce quartier de Deuil-la-Barre maintienne sa qualité de verdure et abrite quelques logements. Passant le pont Galliéni et remontant la rue Jean Bouin, nous traversons aujourd'hui un "désert" le soir et le weekend, créant une frontière entre la Galathée et le reste de la ville.

La municipalité actuelle semble guidée par la nécessité de tout faire à n'importe quel prix plutôt que de réfléchir (en donnant la parole aux deuillois par exemple) avant d'agir sur des opérations structurantes qui dessinent l'avenir de notre ville.
Car désenclaver une ville demande que l'on procède à une continuité de l'habitat... Par ailleurs, ce n'est pas de cette façon que l'objectif des 25%  de logements sociaux sera atteint. Enfin, remplirons-nous celui de densification voulu par la région ? Questions sans réponse aujourd'hui.

Daniel Boulain, pour le groupe "Deuil-la-Barre l'Avenir au Coeur"

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire