dimanche 20 avril 2008

La droite européenne félicite la gauche italienne pour son bilan économique.

Le journal le Figaro relate que la Commission Européenne a salué le travail d'assainissement des comptes publics italiens réalisé par le gouvernement de Romano Prodi (en photo), renversé le 25 janvier 2008. Le commissaire aux affaires économiques Joaquin Almunia, de droite, a insisté sur "les succès remportés pour réduire les déficits excessifs" légués en 2006 par le gouvernement de droite dirigé par Silvio Berlusconi. En effet de 2001 à 2006, le déficit public était passé de 3,1% à 4,4% et la dette publique avait atteint 106,8% du PIB! A contrario, de 2006 à 2008, le gouvernement dirigé par M. Prodi est "parvenu a augmenter les revenus pour financer la dépense publique, mise sous contrôle, tout comme l'évolution des la dette publique" a ajouté M. Almunia.
En réalité, l'Union, la très large coalition de centre-gauche (sigle à droite) a fait rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat en s'attaquant à l'évasion fiscale. De ce fait, la gauche a lutté activement contre les mafias et leurs complices qui ont besoin de blanchir leurs capitaux. Le gouvernement Berlusconi, de 2001 à 2006, avait pour sa part incité à la fraude en votant des lois d'aministie pour l'évasion fiscale. La gauche a donc perdu les élections pour avoir été efficace en économie et en matière de lutte contre la fraude. Elle a, aussi, perdu parce qu'elle ne prône pas l'expulsion de tous les "roms" d'Italie. A gauche, on sait que ce populations viennent de Roumanie, un pays de l'Union européenne...

Fabrice Rizzoli

Militant socialiste

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire